BCR Juin 2014

BLUES AVAILLES
Le diable a fait la fête dans la Vienne

Il aura suffit d’un clin d’œil à Blue Hawaii, le film de Norman Taurog et Micke Moore avec Elvis Presley pour que naisse Blues Availles, un festival consacré à la musique du diable à Availles-en-Châtellerault. Et ceci grâce à quatre mordus, Jean-Pierre Bretonnière, Yves Lafosse, Jean-Pierre Moreau et Gérard Nourry, réunis au sein de l’association La Note Blues.

La première édition s’est déroulée les 13 et 14 juin derniers sous un soleil superbe au coeur de ce joli coin du Poitou. Le programme était séduisant et a attiré la foule des grands jours pour le bonheur des organisateurs.

Vendredi 13 juin
Blues Availles a débuté le vendredi après-midi avec une sympathique conférence donnée par Jack Bon, membre fondateur dans les années ’70 du groupe Ganafoul, devant les écoliers de l’école primaire du village. Belle découverte pour ces enfants qui ont fini par danser et chanter avec Jack.

Le temps de s’en remettre et il était déjà 19h00. Le temps d’un dîner en plein air aux odeurs de merguez et de frites, le groupe Blackberry (Bastien Alzuria, guitare et chant) & Mr BooHoo (Franck Bailly, harmonica et chant) a mis le feu en distillant un blues de la Louisiane profonde.

La soirée s’est prolongée au sein de l’Espace René-Descartes devant une salle comble. En première partie, Jack Bon était de retour sur scène avec le Jack Bon Slim Combo composé de Chris Michel à la basse et de Bernard Antoine à la batterie. Ils ont égrené durant une heure et demie un mélange de blues-boogie-rock du meilleur goût avant de laisser la place au trio de French Blues Explosion (Sam Mistertchang, Pascal Delmas et Fred Jouglas) qu’avait rejoint pour l’occasion l’excellent claviériste et harmoniciste Victor Doors. Comme à son habitude, Sam s’est donné à fond dans un show d’enfer laissant à ses compères de grands moments de solo.
Après les rappels, le public enthousiaste a quitté la salle à contrecœur en se jurant de revenir le lendemain.

Samedi 14 juin
Sous un soleil tout aussi éblouissant que la veille, la deuxième journée de Blues Availles a débuté à midi pile par un déjeuner-concert sur la place du village avec, cerise sur le gâteau, le groupe de Descartes Eole, une famille de musicos rôdés au blues qui a enchanté notre repas.

Ensuite, deux concerts gratuits (toujours à l’Espace René-Descartes) entre 15h00 et 18h00. D’abord une découverte… le groupe finlandais Olli Ontronen (harmonica et chant) & the Mighty Shitty venu tout spécialement à Blues Availles et pour la première fois sur une grande scène française. Ces gaillards ont démontré de superbe façon que le blues était aussi nordique !
Ils ont laissé la place au groupe nantais qu’on ne présente plus, Voodoo Doctors emmené par l’énorme (par le talent !) drummer Denis Agenet. Une heure et demie de bonheur bluesy à l’état pur.

à 19h00, comme la veille, petite bouffe en plein air. Cette fois-ci, sur les planches, le one-man-band le plus célèbre de la scène blues hexagonale, Philippe Ménard. On ne présente plus ce grand gaillard longiligne qui fait sonner comme personne ses guitares, son harmonica et sa batterie. Il n’a pas failli, une fois encore, à sa légende en faisant vibrer la corde sensible de la musique du diable qui se cache en chacun de nous.

A partir de 21h00, sur la grande scène de l’Espace René-Descartes les deux poids lourds qui allaient clôturer de façon magistrale la première édition du festival Blues Availles devant une salle pleine à craquer.
Tout d’abord le swing festif de Bad Mules, quartet né à Nantes en 2003 avec Julien Broissand (guitare, chant), Denis Agenet (drums, chant) , Freddy Pohardy Riteau (sax) et Philippe Gautier (orgue hammond).

Enfin, le public chauffé à blanc était prêt à accueillir comme il se doit la figure incontournable du blues français, Fred Chapellier ! Comme toujours, simple et généreux, Fred, accompagné du jeune et talentueux Charlie Fabert , d’Ader Benachour et de Denis Palatin a enchaîné à un rythme d’enfer ses plus grands morceaux comme le magnifique Gary’s gone et des extraits de son dernier et grandiose opus Electric Communion. Sous un tonnerre d’applaudissements, Fred et son groupe ont fini par quitté à regret la scène de Blues Availles.

En voyant le plaisir et le bonheur dans les yeux des spectateurs à la sortie, les organisateurs étaient heureux de la réussite de cette première édition. Ils nous donnent, dès à présent, rendez-vous l’année prochaine pour de nouvelles surprises au son du blues.

Il est possible de les retrouver sur le site www.lanoteblues.com et sur les pages FaceBook La Note Blues et Blues Availles.

Posted in Non classé and tagged .